Change Lab : Un projet innovant sur les droits de la santé sexuelle et reproductive des filles et des jeunes femmes.

Change Lab : Un projet innovant sur les droits de la santé sexuelle et reproductive des filles et des jeunes femmes.

L’association SOS/Jeunesse et Défis et l’Organisation non gouvernementale Equilibres et Populations ont coorganisé un atelier d’incubation sur la planification familiale, dans le cadre du projet Change Lab, du 15 au 18 avril 2019 à Ouagadougou.  Quatre jours marqués par des séances de travaux de groupes.

Présidium de l'atelier: de gauche à droite, Nora LE JEAN de Equilibres Populations, Dr Baowendsom OUOBA et Harouna OUEDRAOGO de SOS/JD.

Présidium de l’atelier: de gauche à droite, Nora LE JEAN  de Equilibres Populations, Dr Baowendsom OUOBA et Harouna OUEDRAOGO de SOS/JD.

Les filles et les jeunes femmes ont des droits en santé sexuelle et reproductive. Pour mieux faire connaitre ces droits, l’O.N.G. Equilibres et Populations lance un projet. Ce projet piloté par un consortium composé de trois structures dont SOS/Jeunesse et Défis, chef de file du consortium, l’O.N.G. ASMAD et la Marche mondiale des femmes.  Pour définir les différentes étapes, l’ONG a initié un atelier d’incubation. L’objectif de l’atelier est de développer un projet innovant sur les droits de santé sexuelle et reproductive en vue d’améliorer le statut et la santé de la fille et de la jeune femme au Burkina Faso.

Photo des participants de l’atelier d’incubation

Cette phase d’incubation a été un cadre d’échanges et de partages d’expériences entre organisateurs et participants. Ceux-ci ont à travers des travaux de groupe, identifié les publics cibles, les différents canaux de communication et les différentes stratégies de plaidoyer, du projet.

La mise en œuvre de ce projet sur la planification familiale est prévue pour septembre 2019. Avec une durée de seize mois, il est financé par Equilibres et Populations.

Rose J. OUEDRAOGO

 

 

Consulter le rapport “Un retour d’expérience sur le plaidoyer mené par et pour les jeunes au Burkina Faso” Avril 2019.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *