Elaboration du dossier d’investissement du Burkina faso dans le cadre du Global financing facility : les OSC échangent avec le ministère de la santé autour des priorités Burkina Faso.

Elaboration du dossier d’investissement du Burkina faso dans le cadre  du Global financing facility : les OSC échangent avec le ministère de la santé autour des priorités Burkina Faso.

 

L’association SOS Jeunesse et défis  en partenariat avec le Groupe technique santé de la reproduction et le réseau des acteurs de la société civile pour la nutrition a entamé des échanges avec le ministère de la santé et les sous-groupes en charge de l’élaboration du dossier d’investissement sur le choix des priorités d’intervention dans le cadre de l’élaboration du dossier d’investissement GFF du Burkina, du 26 au 27 septembre 2018 à Ouagdougou.  Cet atelier s’inscrit dans le cadre du GFF, le mécanisme de financement mondial qui entend mettre fin au décès évitables de mères, des nouveaux nés des mères et des adolescents et améliorer leur santé et leur qualité de vie.

De gauche à droite : Dr Cheick OUEDRAOGO représentant du chef de file du GT/SR, Dr Yolland KY (directeur de la santé et de la famille, Célestin COMPAORE (directeur exécutif de SOS/JD.

De gauche à droite : Dr Cheick OUEDRAOGO représentant du chef de file du GT/SR, Dr Yolland KY (directeur de la santé et de la famille, Célestin COMPAORE (directeur exécutif de SOS/JD.

Le dossier d’investissement sur le GFF intervient dans le domaine de la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, des adolescents et de la nutrition. Les membres du GT/SR, le groupe technique santé reproductive, du RESEAU NUT, et du ministère de la santé échangent à cet effet sur ses priorités. L’objectif de ce canevas est de disponibiliser d’un dossier d’investissement consensuel qui prend en compte les besoins des communautés et de l’ensemble des parties prenantes.

Pour dégager les priorités, les différents sous-groupes ont présenté leurs travaux   sur l’analyse des gaps de performance en matière de SRMNEAN, santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent et de la nutrition, la sécurisation des ressources financières du budget de l’Etat pour contribuer à financer le dossier d’investissement, l’interventions transversales de soutien, et la définition de l’architecture du dossier d’investissement

Photo de famille des participants

Photo de famille des participants

Il est ressorti au cours des différentes interventions qu’il y a encore des actions à mener dans le domaine de la mortalité néonatale, la nutrition, l’utilisation des méthodes contraceptives et l’enregistrement des naissances.

Pour ce qui est de la nutrition, deux grandes interventions prioritaires que sont ; le renforcement du passage à l’échelle des interventions de nutrition maternelle et des pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et le renforcement du suivi /Evaluation.

Sur la problématique de la sécurisation des ressources financières du budget de l’Etat, il ressort que la baisse du budget 2019 de l’Etat sur l’achat des produits contraceptifs est passé de 1 milliard 300 millions en 2018 à 700 millions en 2019.

Pour mémoire, c’est à quelques semaines de la conférence internationale que cet atelier d’orientation des membres du Groupe technique santé de la reproduction (GT/SR) sur les priorités du dossier d’investissement retenues par le Burkina Faso pour une meilleure appropriation est organisé. En effet le dossier d’investissement du Burkina Faso sera présenté en début Novembre 2018 à Oslo en Norvège.

 

Rose J. OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *