Six nouvelles communes du Burkina outillées pour l’intégration de la Planification familliale dans leurs budgets

Six communes du Burkina s’engagent pour la prise en compte de la santé de la reproduction y compris la planification familiale dans leurs plans communaux de développement 
1485883233batiment-mairie-de-DiaboL’association SOS jeunesse & défis et son partenaire américain Planned Parenthood a organisé du 26 au 27 septembre 2017 dans la salle de conférence de l’hôtel White Stone de Koupéla, un atelier de formation au profit de ses partenaires. Présidé par le 2ème adjoint au maire de Koupéla, Dieudonné Kyélem, cet atelier a regroupé une vingtaine des élus locaux et responsables des services cibles sur la budgétisation sensible à la santé de la reproduction et la planification familiale.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet « voix pour la santé au Burkina Faso » financé par Planned Parenthood, SOS/JD dans sa quête de résultat et surtout de la réussite du projet a initié un atelier de deux jours pour le renforcement des capacités en budgétisation sensible à la santé de la reproduction et à la capture du dividende démographique au profit des élus locaux et responsables de services techniques des communes couvertes par le projet.

atelier koupelaB Cette formation s’est tenue dans une perspective de prise en compte des questions de planification et de budgétisation priorisant la santé de la reproduction dans les plans communaux de développements . Elle a permis aussi d’apporter des rudiments nécessaires aux participants en vue de les encourager à l’allocation priorisée de ressources sur la santé de la reproduction dans les processus nationaux et locaux de planification, de programmation et de budgétisation des communes. « Cet atelier permet de s’assurer que le gouvernement respecte ses engagements en faveur de la santé de la reproduction conformément aux conclusions de la conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) et à son plan d’action » a souligné Dieudonné Kyelem, 2ème adjoint au maire de la commune de Koupéla par ailleurs président dudit atelier.

PrintSelon le coordonnateur national de cette association Célestin COMPAORE, la ligne santé de la reproduction occupe une très faible place voire n’existe presque pas dans la grande majorité des plans communaux de développement des communes couvertes par les projets. « Soucieuse de ce constat, SOS/JD initie la présente formation au profit des élus locaux et responsables de services techniques des communes cibles du projet afin de les interpeller à prioriser la santé de la reproduction dans toutes ses dimensions dans les budgets et plans de la commune », il a surtout rappeler la nécessité de la prise en compte de la planification familiale comme une priorité nationale tel que prévu par le gouvernement à travers le PNDES. A ajouté M. COMPAORE Les résultats attendus après cet atelier sont essentiellement le renforcement des connaissances des élus locaux sur la budgétisation sensible à la santé de la reproduction et de sa prise en compte des plans communaux de développement et le renforcement de leur connaissance sur le processus de suivi des postes de dépenses à court terme.
Les communes à la fin de l’atelier se sont engagés à la prise en compte effective des question de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes y compris la planification familiale dans leurs plans communaux de développement.

source: Radio le Dauphin – Koupéla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *